La Gazette du Café des parents -avril-2021

 

ADOS et écrans

3 mamans sont venues échanger sur leurs expériences concernant le thème « ado et écrans ». Toutes trois sont concernées par la problématique puisqu’elles ont deux ou trois adolescents à la maison âgés de 11 à 17 ans.

Ado/écrans : quels usages ?

Une première maman commence en évoquant son adolescent de 15 ans, lycéen, qui utilise les écrans surtout pour jouer. Madame le décrit comme un enfant calme. Elle a toujours mis un cadre relatif aux

 

écrans avec une limite de temps lorsqu'il était plus petit. Selon elle, la console est un vrai problème aujourd'hui dans sa relation avec son adolescent : « le jour où j’ai cédé ma vie à presque changé… avec les écrans j’ai fait rentrer le conflit à la maison ». En effet, cette maman explique à quel point les écrans et notamment les jeux, ont pris une place importante dans la vie de famille avec des temps fréquents et longs de confrontation ou de négociation.

Concernant le téléphone portable, cette maman a également posé des limites claires à son adolescent : pas d’internet la nuit afin que le sommeil ne soit pas coupé et la poursuite d’un bon investissement dans le travail scolaire. Madame a conscience qu’elle ne peut couper son adolescent de son téléphone, "ce serait le couper de relations sociales" alors que cela est un besoin vital des adolescents, notamment durant cette crise sanitaire qui limite les contacts physiques dont ils ont tant besoin.

Concernant son deuxième enfant adolescent mais collégien, madame trouve qu’il est encore « facile » de poser un cadre qui est relativement respecté actuellement concernant les écrans.

Afin de limiter les rapports de force qui duraient des heures et épuisaient toute la famille, madame a trouvé une solution efficace au sein de son foyer : la mise en place d’un contrôle parental ; ainsi ses adolescents ne peuvent pas aller sur n’importe quel site internet et la connexion wifi se coupe à une certaine heure le soir. D’après son expérience auprès de ses adolescents, cet outil extérieur apporte une limite fixe, stable, que les enfants ne cherchent pas à repousser. Par ailleurs, la règle est généralisée pour toute la famille : le wifi est coupé la nuit pour tout le monde par exemple. Madame a réglé les paramètres avec ses enfants, ce qui a permis un dialogue sur les inquiétudes de chacun.

Cette maman met également en place des moments de temps d’arrêt des écrans pour toute la famille afin d’échanger ensemble réellement et quotidiennement, moments qu’elle appelle auprès des enfants « temps d’échange en famille ». C’est un rituel important pour elle, un moment sans téléphone qui permet à Madame de communiquer avec ses adolescents et de tenter de les accompagner dans leurs propres choix.

Une seconde maman ayant 3 adolescents aborde des difficultés qu’elle a eues avec son aîné. En classe de 3ème , il passait une grande partie de ses nuits sur des jeux vidéo en ligne. Cet adolescent conservait toutefois de bons résultats scolaires, mais exprimait de la violence lorsque madame entrait dans sa chambre les soirs pour l’inciter à stopper son activité en ligne. Madame a fait preuve de patience, elle a misé sur le dialogue et la confiance pour aider son fils à sortir de cet enfermement. Cela a été des semaines éprouvantes où madame a cherché à maintenir le lien avec son fils. Depuis il a évolué, il ne s’est pas coupé de sa famille et de ses amis, il a maintenant une petite amie et dit ouvertement qu’avant il était mal dans sa peau et que le jeu représentait un refuge pour lui.

Aujourd’hui, si l’aîné a maintenant retrouvé un équilibre, l’un des deux plus jeunes adolescents semble prendre le même chemin que son grand frère. Ceci a, par ailleurs, été amplifié par le contexte du premier confinement en Mars 2020. Malgré une issue positive pour son ainé, cette situation angoisse madame concernant son cadet. En effet, elle constate qu’il passe beaucoup de temps sur les écrans. Très secret, il consacre des heures aux jeux et serait également actif sur les réseaux sociaux (pour « prendre confiance en lui » selon ses dires). Les nuits et les repas sont perturbés pour lui, mais également pour la famille (car cela impacte le sommeil des autres). Petit à petit, avec l’aide de l’ainé, madame perçoit une amélioration du rythme de vie de ce dernier et espère que cela se pérennisera. Pour sa fille adolescente, madame a moins de crainte, elle constate qu’elle est souvent sur son téléphone pour être en contact avec ses amis, elle l’utilise comme un outil de prolongement de la vie sociale, elle ne se cache pas pour utiliser son téléphone et partage même certaines anecdotes avec la famille.

Une 3ème maman est également venue parler de son expérience avec ses deux filles (15 ans et demi et 13 ans). Cette maman explique que lorsqu’elles étaient petites, madame posait un cadre assez rigide concernant les écrans (un temps limité de télévision). Une fois l’arrivée du téléphone portable au collège pour ses filles, madame se posant des questions au sujet des ondes à continuer d’instaurer un cadre ferme. Selon elle, le contrôle parental a été compliqué à mettre en place, elle y a donc renoncé mais elle a beaucoup mis en garde ses filles sur les risques des écrans, vérifié leur activité sur leur téléphone… Et puis ses filles se sont aussi confrontées à d’autres limites qui échappent parfois aux parents : un professeur a vu une photo publiée par l’une d’elle, ce qui a permis à cette adolescente de réfléchir à la portée de ses publications, aux limites des réseaux sociaux. C’est parfois en se confrontant réellement aux difficultés que l’on réajuste le mieux ses comportements.

Avantages des écrans selon ses mamans :

Les réseaux sociaux renforcent le lien social. Jeux vidéo et réseaux sociaux peuvent aider à développer une meilleure estime de soi : en se sentant compétant au sein d’un groupe de joueurs ou en ayant des retours positifs sur des publications faites.

Internet a révolutionné l’accès au savoir et l’a rendu ludique : aujourd’hui beaucoup d’adolescents regardent des youtubeurs qui approfondissent des sujets, créent des vidéos pédagogiques, font découvrir des activités, des tutoriels qui les amènent à créer. Grâce à cet outil, l’adolescent sélectionne ce qu’il souhaite approfondir et apprend de nouvelles choses.

 

Inconvénients des écrans constatés au quotidien :

Les 3 mamans s’accordent à constater que les adolescents qui sont sur les écrans sont dans l’immédiateté, la rapidité du traitement des informations. Ceci n’est pas forcément en accord avec ce qui leur est demandé dans la sphère scolaire où l’assimilation des programmes demande de la lenteur, de la répétition en passant par l’écrit. Les mamans évoquent également une perte des capacités d’attention des jeunes.

Un second inconvénient des écrans est que là où on a l’impression d’aller vite et de gagner en efficacité, on se rend compte que finalement c’est un outil chronophage. On passe beaucoup d’heures quotidiennement sur les écrans sans s’en rendre compte avec une frénésie du zapping d’informations, des multiples clics. Ce temps est inévitablement du temps en moins sur la vie de famille, les moments de partage…

Par ailleurs, l’excès d’écran et les différences d’usages entre les parents et les adolescents qui n’ont pas les mêmes besoins peuvent créer de vrais décalages générationnels voir des conflits.

 

 

 

Parentalité / Conjugalité

Inscription Newsletter


En validant votre inscription, vous acceptez que l’EPE57 utilise votre adresse e-mail dans le but de vous envoyer une lettre d’informations. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en utilisant le lien de la newsletter. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données à caractère personnel, consultez notre politique de confidentialité

Recherche