La Gazette du Café des parents -juill-19

 

qu'est-ce que l'autorité?  Est-elle nécessaire dans l'éducation?

Mini-animation du 15 décembre 05

L'autorité apparaît indispensable et "constructive" aux yeux des parents. Cette

 

 

autorité impose des contraintes et des limites à l'enfant.

Elle doit être cohérente et "de bonne qualité". Elle tient compte de l'âge et de la personnalité de l'enfant.

Les parents font preuve d'autant plus d'autorité qu'ils sont eux-mêmes persuadés de la nécessité et des valeurs qui la sous-tendent.

Veiller à la sécurité de l'enfant, exiger respect et politesse de sa part apparaissent comme des nécessités.

Toutefois le parent ne doit pas oublier de respecter l'enfant  et de lui montrer l'exemple.

Le parent doute quelquefois de ses capacités éducatives: il craint d'être "trop dur" et se culpabilise d'avoir été trop sévère. Il redoute de perdre l'amour de son enfant.

C'est pourquoi le parent apprécie le soutien d'une personne de confiance de son entourage: une mère, une sœur, une amie qui le conforte dans ses exigences éducatives.

Eduquer l'enfant c'est lui permettre de connaître ses limites, de se responsabiliser, d'identifier ses repères. Eduquer un enfant, c'est "penser à son avenir".

Toutefois, l'exercice de l'autorité doit trouver "un juste équilibre" en autorisant l'expression de l'enfant.

Comment faire avec nos peurs de parents dans les explorations du jeune enfant

Le 20 juin 09 : 4 mamans présentes ayant des enfants de 11 mois à 9 ans

Au moment de l’acquisition de la marche, les parents sont souvent tiraillés entre leur envie de voir leur enfant faire leurs premiers pas seul et leur peur qu’il se fasse mal en tombant. De même, dans les premières années de primaire, les parents savent qu’il est important de laisser leur enfant aller seul à l’école lorsqu’il le demande, mais en même temps, ils ne peuvent s’empêcher de penser « et si il lui arrive quelque chose ? ».

Laisser grandir les enfants, les laisser faire leurs propres expériences n’est pas toujours aisé pour les parents. Faut-il prévenir et empêcher les enfants de faire ou bien faut-il les laisser agir, peut-être se faire mal, et intervenir après ?

Les mamans présentes pensent que cela dépend de plusieurs facteurs. En premier lieu, selon la situation on peut laisser les enfants explorer ou non. Par exemple, les parents d’un enfant qui met une cape et qui se tient debout devant la fenêtre en disant « je suis le plus fort, je vais voler », ne lui permettront pas d’expérimenter sa capacité à voler, le danger est trop grand. Par contre, ils laisseront plus facilement leur enfant  explorer seul un lieu dédié aux enfants type ludothèque. De la même façon, ils demanderont à leur enfant de leur donner la main dans la rue, en ville, près d’une route très fréquentée, et seront moins exigeants s’ils se trouvent dans un village avec une faible circulation. Enfin mettre un loquet aux fenêtres de la chambre d’un enfant qui est « casse coup » semble nécessaire.

Un facteur essentiel qui intervient dans la façon de faire face aux explorations des enfants est la nature de la maman. En effet, si la maman est plutôt anxieuse, elle tentera de tout contrôler afin d’éviter à ses enfants qu’ils se fassent mal ou qu’ils pleurent. Ou bien, elle expliquera plusieurs fois les dangers de telle ou telle activité. Elle les empêchera alors de faire avec elle ce qui à ses yeux semble dangereux. Mais elle pourra laisser le papa le soin de permettre de réaliser des activités trop angoissantes pour elle. Par exemple, une maman raconte qu’elle demande à son fils de ne pas descendre une pente en trottinette alors qu’il le fait avec son papa. Dans ce cas, il est difficile pour la maman de ne pas montrer son inquiétude à l’enfant. La peur qu'expriment ces mamans est de transmettre leur angoisse et que leurs enfants deviennent eux aussi anxieux. Elles se posent alors la question de savoir si dire leur propre peur pourrait éviter cela.

A contrario, si la maman n’est pas du tout anxieuse, elle laissera ses enfants explorer librement. Mais parfois cette liberté peut leur faire frôler le danger ou bien fait peur aux autres qui pensent alors que la maman est inconsciente. Dans le même temps, cette attitude peut permettre aux autres de voir que l’inquiétude n’a pas toujours lieu d’être. Par exemple, une maman emménage dans une maison où les chambres des enfants sont à l’étage. Jamais elle n’a pensé mettre une barrière à l’escalier, persuadée que ses filles de 5 ans ne courent aucun danger puisqu’elles savent monter et descendre les escaliers depuis longtemps. Par contre le papa de ces enfants l’avait envisagé comme mesure de sécurité. En voyant ses filles expérimenter les escaliers dans la maison, il s’est rendu compte qu’elles étaient tout à fait capables de s’en servir sans danger.

Enfin, le dernier facteur qui selon les mamans présentes, semble en lien avec la manière de réagir face aux explorations de son enfant, est d'une part le caractère de celui-ci et d'autre part, la confiance que la maman a en lui. Certaines mamans parlent d’enfants "casse coup" qui agissent sans réfléchir ou qui donnent l’impression de ne pas entendre les consignes et les explications du danger éventuel. Des enfants n'inspirent pas confiance à leurs parents.

Une maman évoque la différence de comportement qu’elle adopte selon ses enfants. Par exemple, si elle est avec son fils, elle sera beaucoup plus anxieuse que si elle est avec sa fille. Elle explique cela par le caractère de ses enfants : son garçon intrépide et sa fille est posée. Mais en même temps elle se demande si finalement cette différence ne provient pas du fait qu'elle sent sa fille comme elle était elle-même : « c’est comme une projection de moi » dit-elle, alors qu’elle se sent perdue avec son fils avec lequel elle a l’impression « de ne pas être sur la même longueur d’onde ». Une autre maman se reconnaît dans ce questionnement puisqu’elle comprend très bien une de ses filles alors que pour l’autre ce n’est pas aussi fluide. Ainsi, elle n’a pas d’inquiétude particulière pour la première alors  qu’elle est une enfant qui a toujours fait seule et qui va explorer facilement tout en montrant qu’elle sait où est le danger. Tandis que sa deuxième fille l’inquiète car elle ne va pas de l’avant aussi facilement que sa sœur et  elle n’explore pas si elle est seule.