La Gazette du Café des parents -oct-18

 

L’éducation respectueuse en question

 

 

Depuis 2009, l’EPE de Moselle anime des ateliers d’éducation respectueuse : une action phare de son Café des parents. Les démarrages furent pourtant hésitants : il a fallu se convaincre de leurs bienfaits, expérimenter ces techniques avant de les transmettre aux parents, très demandeurs.

Comme l’a conceptualisé et décrit Dodson dans son ouvrage Aimer sans tout permettre1, l’éducation positive postule qu’il est possible et souhaitable d’éduquer un enfant en mettant l’accent sur ses qualités, plutôt que sur ses défauts. Pourquoi  s’intéresser à lui uniquement lorsqu’il agit « mal » ? Pourquoi ne pas renforcer chez lui ce qui va bien ? Le programme est séduisant, mais il va à l’encontre de nos croyances selon lesquelles les punitions sont indispensables à une éducation réussie, et qu’une bonne fessée n’a jamais fait de mal à personne !

L’éducation positive s’intéresse aux effets à long terme de l’éducation et considère que le parent n’a pas à réagir à chaque erreur de son enfant, en cherchant à la corriger notamment. Elle vise plutôt à lui faire acquérir une forme d’autorégulation en l’incitant à réfléchir aux conséquences de ses actes. L’enfant, plus autonome, augmente son estime de soi et, à terme, devient plus empathique à l’égard de son entourage (parents, frères et sœurs, camarades).

 

De la pratique à l’animation d’ateliers

Dans les ateliers d’éducation respectueuse, les animateurs sont des « cochercheurs » aux côtés des parents et des enfants (les enfants ne sont pas présents) : un principe conforme à l’éthique professionnelle des Ecoles des Parents et des Educateurs. Rapidement, nous avons vu arriver des parents confrontés à des difficultés de communication plus ou moins aiguë avec un enfant ou un adolescent rebelle à leurs méthodes éducatives. Ils ont le désir de l’élever en le respectant et sont déçus, voire culpabilisés, de s’énerver ou de se mettre en colère. Ils ont l’impression de crier toute la journée, n’ont plus de plaisir à échanger avec lui. Ils cherchent à sortir de cette impasse, et souhaitent plus de sérénité au quotidien. Par ailleurs, de très jeunes parents désirent donner à leur enfant une éducation dont ils soient fiers. Ils ont découvert, avec ses premières oppositions, la difficulté d’être parent, leur manque de préparation. Et ressentent le besoin d’affiner leur savoir-faire pour mettre en conformité leurs idées sur l’éducation et la pratique : tout un art…

 

Des ateliers pour chaque âge

Aujourd’hui, notre EPE anime deux ateliers de parents :

  • « parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » (méthode Faber et Mazlish) ;
  • L’atelier des parents d’ADOS com’@dos, l’adolescence : choisissez vos batailles. (association Atelier des Parents).

 

Les séances mêlent apprentissages d’habiletés et exercices d’application. Les parents sont ensuite incités à mettre tout cela en pratique chez eux et, en début de séance suivante, échangent avec le groupe sur ce qui a fonctionné ou non, pourquoi et s’encouragent à persévérer.

 

Quels apports pour les parents ?

Dans ces ateliers, les parents découvrent qu’ils ne sont pas seuls à être en difficulté avec leurs enfants : une expérience qui leur permet de passer du cas particulier au général. Ils réalisent aussi qu’on se sent plus compétent quand on sort de l’isolement.

Ils apprennent à respecter leur enfant et à maintenir un climat relationnel de qualité, alors que la situation incite à la crispation ou à la rupture. Ils restent fiers de leurs attitudes et de leurs échanges avec lui et, peu à peu, sortent de la crise relationnelle ou tout du moins l’envisagent. Le travail en groupe favorise la solidarité et les encouragements, si précieux lorsque les enfants ou les ados ont des comportements difficiles. Il permet aussi de déculpabiliser les parents et de sortir du huis-clos relationnel qui fait le lit des pires violences. Et, pour finir, ce travail permet de puiser dans le débat la force et la légitimité d’une parole partagée.

Globalement ces ateliers donnent à comprendre qu’un enfant ou un ado a besoin d’être guidé et lâché progressivement. Ils permettent aux parents de rester mobilisés par l’éducation sans renoncer, même quand la tentation est grande.

 

 

En conclusion

La communication humaine n’a jamais été chose facile, mais ce qui semblait hier régi par des règles strictes paraît aujourd’hui bien difficile pour nombre d’entre nous. Dans tous les secteurs de la vie sociale, en entreprise, dans les administrations ou dans l’espace public les relations humaines se tendent. La famille n’échappe pas à cette transformation profonde.

De nombreux parents sont désemparés devant les difficultés éducatives du quotidien, ils expriment aussi un sentiment de désarroi face aux propos et aux actes de leur enfant, qui leur renvoie, immanquablement, l’image d’un parent « pas à la hauteur ».

Les ateliers à l’éducation respectueuse sont des graines semées au sein des familles pour germer au fil du temps. Ils portent une ambition modeste, celle d’accompagner les parents dans leur parentalité, non pas en construisant des barrières pour canaliser l’énergie de l’enfant, mais en favorisant une compréhension mutuelle de ce qui se joue chez l’autre : la difficulté d’être un enfant, et son corollaire chez l’adulte.

L’autre ambition relève d’une utopie dont le monde a besoin aujourd’hui plus que jamais. Il s’agit de contribuer à créer une société où communiquer reste un art de vivre non pas inné, mais qui relève de l’apprentissage et de l’écoute, donc du désir. La connaissance de soi étant un préalable à l’éducation d’autrui, la bienveillance un but et l’empathie une nouvelle nature, nécessaire.

Former des parents à éduquer les adultes de demain n’est-elle pas la plus cruciale et indispensable des missions aujourd’hui ?

Si vous souhaitez suivre un de nos ateliers : renseignements inscription auprès de nos services : 03 87 69 04 36.