La Gazette du Café des parents -dec-19

 

Apprendre à nos enfants à gérer les conflits

Le conflit fait partie de la vie de tous les jours et concerne chacun de nous ! Nous sommes en conflit

 

lorsque nous ne sommes pas d’accord avec quelqu’un, soit parce que nous pensons différemment, soit parce que nous voulons le même objet que lui. Nous pouvons aussi être en conflit lorsque nous n’obtenons pas ce que nous voulons ou encore si nous ne nous sentons pas écouté, respecté, compris.

Nous pouvons être en conflit à l’école, au travail ou dans la rue, avec un ami, un parent, un frère, une sœur, un camarade, un voisin, un inconnu…

Face au conflit, plusieurs solutions s’offrent à nous :

1)      La fuite :

 

Ne pas vouloir en entendre parler ou ne pas se sentir assez fort pour en parler. Cette solution met souvent mal à l’aise car le problème n’est pas réglé. Parfois même, il s’aggrave et risque de ressurgir à la moindre occasion.

2)      La réaction violente :

La colère empêche tout raisonnement et conduit à la violence avec parfois une escalade de la violence verbale à la violence physique. Chacun essaie de dominer l’autre, de le nier, de l’éliminer. C’est le plus fort qui domine mais rien n’est réglé. Le problème est toujours là et le vaincu cherchera plus tard à avoir sa revanche sur le vainqueur.

3)    L’approche non violente :

Quand les protagonistes examinent ensemble le problème et cherchent à le résoudre, ils sont ensuite beaucoup plus enclins à faire les efforts nécessaires pour que les solutions proposées donnent des résultats ; pour résoudre un problème difficile, il faut prendre du temps, avoir les idées claires et se sentier calme intérieurement.

 

Approche non-violente : La résolution de conflits en 6 étapes :

Exemple : la résolution de conflits entre enfants, guidée par un adulte.

 

-       1ère étape : les enfants racontent les faits chacun à leur tour. Le parent ou le médiateur essaie de découvrir les faits qui ont déclenché la bagarre. Il vérifie auprès de chacun qu’il a bien entendu et bien compris les faits.

 

-       2ème étape : le parent ou le médiateur encourage l’expression des sentiments de chacun, de leurs souffrances. « Qu’est ce qui t’a blessé ? D’où vient ta colère ? » Mais aussi comment l’autre a perçu le geste ?... Le parent ou le médiateur reformule les émotions ressenties pour s’assurer encore une fois de sa bonne compréhension des émotions par chacun.

 

-       3ème étape : Chaque enfant exprime ses besoins par rapport au conflit : être reconnu, être respecté dans sa personne, ses affaires… Cette phase permet à chacun de s’affirmer, d’exprimer des demandes plus claires : « j’ai besoin qu’on me respecte »…

 

-       4ème étape : les deux parties font un « remue-méninge » en cherchant toutes les solutions possibles, et le médiateur résiste à l'envie d'évaluer les  suggestions farfelues, il se contente de les reformuler et/ou de les noter.

 

-       5ème étape : cette phase consiste à sélectionner les meilleures idées, celles qui conviennent à tous. Il s'agit également de s'assurer qu'un plan peut être établi pour suivre les résultats, suite à la décision finale : comment mettre en place ce qui a été décidé ? Qui sera responsable de quoi ?

 

-       6ème étape : Le parent ou le médiateur donne ou rédige un accord qui précise les engagements à respecter pour chacun.

 

 

Témoignage d’un chef d’établissement à propos de la résolution de conflits entre adolescents dans son établissement :

 

« Je remarque que les conflits à l’adolescence débutent souvent sur les réseaux sociaux, suite à une moquerie ou une insulte de l’un des protagonistes. Le conflit s’envenime rapidement et se transpose dans la réalité, pouvant mener parfois à la violence physique.

 

Dans ces situations, je n’hésite pas à recevoir les jeunes dans mon bureau. Tout d’abord, j’écoute la version de chacun, sans jugement, ce qui permet dans la mesure du possible, une empathie mutuelle. Puis, je demande que chacun s’excuse pour les torts occasionnés et si cela s’avère difficile, je peux faire appel à des « délégués de classe » qui sont des lycéens ayant reçu une formation de médiateurs dans l’enceinte du lycée.

 

Cela s’avère souvent efficace dans la mesure où les adolescents sont plus ouverts et enclins à recevoir des conseils de la part de leurs pairs, plutôt que de ma personne qui représente une autorité importante pour eux. De plus, leur rôle n’est pas de régler le conflit mais de favoriser le retour au calme et d’organiser le dialogue pour que les opposants arrivent à trouver leur propre solution ».

 

Pour vous aider

La parole aux parents

 

Nos ateliers de parents à l’éducation respectueuse :

  • « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent », renseignements inscription auprès de notre équipe.